lundi 4 juin 2012

Zoom sur Amparo

    


Amparo Seith vous présente ces bébés !!!!

Voici comment cette dernière se présente en toute simplicité : 
"Je m'appelle Amparo Seith et j'ai 29 ans. J'aurai bientôt 29+1 ans, puisque l'âge des femmes s'arrête à 29 ans. Vous voilà prévenus.

Je suis née à Valence en Espagne sous le soleil en bord de mer, puis à 12 ans je suis venue vivre à Strasbourg sous les nuages au bord du Rhin. Ça change! Mais ce n'est pas plus mal, au moins j'économise sur le déo, je mange moins de glaces et la pluie me laisse du temps pour écrire :-)

Je suis professeure d'Espagnol en congé parental. J'ai deux bébés, nés en 2010, mais qui ne sont pas des jumeaux (et ce n'est pas une devinette). C'est aussi ça les jours de pluie: à rester sous la couette... ;-)

J'ai toujours aimé écrire sous le coup d'émotions fortes: l'amour, la colère, l'espoir,... la colère encore, et tout tourner en dérision sous forme d'histoires courtes. Puis un jour, alors que les bébés faisaient enfin une sieste (mère indigne!) quelqu'un m'a dit à propos de l'une de mes histoires que je devrais me lancer. Alors je ne me suis pas lancée contre un mur, ni par le balcon (il pleuvait ce jour-là). Je me suis mise à écrire, et à écrire, et c'est ainsi qu'est né Jakera, mon premier roman.

Pour ce roman, je me suis également inspirée de films et de musique que je vous ferai découvrir. Un jour.

Actuellement, quand les bébés me libèrent, j'écris Jakera Tome 2."

Après avoir eu la chance de lire son ouvrage , le plaisir s'est prolongé lorsque cette dernière a répondu à mes questions  :


 Un brin de lecture :Combien de tome comprendra la saga Jakera ?
Amparo Seith :Bonjour, et merci beaucoup de t'intéresser à ce roman. La saga comprendra trois tomes.

As-tu commencer ce premier tome en sachant qu'il y aurait plusieurs opus ou te laisses-tu porter par ta plume ?
Non, je ne savais pas qu'il y aurait plusieurs tomes avant d'en être aux derniers chapitres du premier tome. Je me laisse toujours, toujours guider par mes sentiments, dans la vie comme sur le papier. Du coup, les choses viennent comme elles viennent, et c'est une bonne surprise pour moi.

D'où vient cette idée d'oppression culturelle ? Grande lectrice comme je suis c'est un monde qui serait un enfer pour moi ….. Est-ce du vécu, du vu ou du crains ?
Je ne l'ai pas personnellement vécu, heureusement. Sinon, je serais morte d'ennui. Un monde sans une littérature, un cinéma et de la musique correcte est tout bonnement un enfer ! Mais j'ai gardé en moi certains souvenirs rapportés par mes parents, des souvenirs du franquisme et de la pensée unique. Brrrr.
Pour moi, il s'agit avant tout de quelque chose que je crains. Bien sûr, aucun de nous ne vit à Iérasia, mais le problème d'accès à la culture se pose tout de même dans nos sociétés où l'industrie des majors contrôle de plus en plus la culture entraînant un risque d'uniformisation de cette dernière. Nous voyons également les limites d'un système dominé par l'argent, avec les problèmes que cela engendre comme le piratage ou bien ses réponses inadaptées (Hadopi ou Acta par exemple, qui en plus de ne pas être adéquates restreignent nos libertés dans d'autres domaines que l'accès à la culture)."




Jinja et Jude sont-ils inspirés de personnages de ton quotidien ? Si oui je risque de débarquer pour faire plus ample connaissance avec Jude...
La pauvre Jinja a hérité de mon caractère de cochon totalement dépourvu du sens des mesures et de ma maladresse. Il y a pas mal de "vécu" dans la façon dont elle traverse les différentes épreuves. Après, j'ai ajouté d'autres traits de personnalité fictifs ou venant d'autres personnages qui m'inspirent.
Pour Jude... Ah Jude... Il est son opposé, et pour moi, l'homme parfait. Je me suis donc inspirée de quelqu'un de mon entourage (j'ai beaucoup de chance :-) et j'ai rajouté le halo magique et mystérieux d'Edward Cullen (sauf que Jude ne brille pas et sourit beaucoup) et le côté craquant et pétillant de Jack Sparrow.

Jinja est un personnage totalement entier : quand elle est heureuse , tout est rose et inversement tout devient totalement noir. Va-t-elle se nuancer à travers les prochains tomes ?
Elle va essayer de le faire de toutes ses forces, mais quand on a un caractère aussi manichéen que le sien, il est plus que difficile de s'en défaire.

As-tu avancé sur le tome 2 ? Une idée de la date d'une sortie ?
Je suis encore en pleine écriture du tome 2, à un peu plus de la moitié. Il me tarde de le finir et de pouvoir vous le présenter ! Mais en même temps j'ai mes deux bébés qui me prennent énormément de temps et je n'avance pas aussi vite que je ne le voudrais.

Cet ouvrage est classé dans science-fiction , cela me laisse un peu perplexe. Personnellement , je situe Jakera dans l'époque contemporaine mais totalement isolée. Un avis ?
En effet, j'ai eu moi-même beaucoup de mal à classer Jakera dans un genre précis de roman. Il contient de la science-fiction, de la chick-lit et j'en passe. Il est vrai que la science-fiction reste relativement légère dans ce premier tome, même si elle risque de prendre un peu plus de place dans les suivants, mais le fait que cela se déroule dans un univers totalement inconnu, totalement irréel et cauchemardesque, même s'il ressemble au nôtre sur pas mal de points, en fait une dystopie. Le roman Days, de James Lovegrove est également à classer dans la science-fiction, principalement pour l'exagération de certains traits de la société dans laquelle se déroule son histoire. Je crois qu'il en est de même pour Jakera.

Comme souvent pour les éditions Valentina, la couverture est sublime. As-tu participé à sa conception ?
Non, pas du tout. Il me semble avoir parlé à mon éditeur d'une guitare, mais j'ai été réellement subjuguée lorsqu'il m'a présentée la couverture. Du pur bonheur !

Jakera est ton premier roman. Comment franchit-on le pas ?
Avec beaucoup de calmants aux plantes et beaucoup de vernis à ongles pour quand je ronge ces derniers en cas de stress, c'est à dire un peu tout le temps en ce moment.
Avant d'écrire Jakera, je n'écrivais que des billets courts et humoristiques sur la vie de tous les jours. Puis quelqu'un m'a conseillé d'aller plus loin, de tenter l'écriture d'un roman. Pour une fois, je me suis montrée obéissante, j'ai obtempéré et je me suis mise à écrire. Alors tout est allé très vite et je me suis retrouvée avec ce roman.

Comment s'est déroulée la rencontre avec les éditions Valentina ?
C'est arrivé en postulant pour une autre maison d'éditions. J'ai discuté par internet avec une gentille auteure qui m'a également conseillé de soumettre mon manuscrit à Valentina. A peine trois semaines plus tard, j'étais accueillie chaleureusement dans cette nouvelle maison d'éditions. Je suis contente parce que je suis quelqu'un d'impatient et j'ai donc eu ma première réponse positive deux mois après avoir soumis Jakera pour la toute première fois.

Quels sont les manifestations littéraires auxquelles vous participerez cette année ?
Je suis en pourparlers avec le salon du livre de Colmar où j'aurais aimé être présente en tant qu'auteure, mais ce n'est pas facile lorsqu'on vient d'une petite maison d'éditions. En tant que lectrice, j'espère participer à d'autres évènements !

Avec quelle personne désireriez-vous travailler ?
Heu... est-ce que j'ai le droit de rêver un peu ?
J'adorerais travailler avec Matthew Bellamy ! Pour écrire Jakera, je me suis principalement inspirée de musique et de cinéma. Je crois avoir écouté les CD de Muse un bon millier de fois, donc si on a un petit peu le sens de l'exagération, j'ai travaillé avec Matthew Bellamy. Est-ce que ça compte ?
Et en matière de cinéma, il y a bien entendu Robert Pattinson, ma muse masculine. Et je pourrais travailler avec n'importe quel réalisateur, beaucoup me font rêver, comme Gore Verbinski ou Tim Burton. Mais là encore, je m'égare.


Quels sont vos références littéraires (auteurs ou ouvrages ) françaises et étrangères ?
J'adore Amélie Nothomb, ainsi que Bernard Werber pour son côté décalé. J'ai découvert récemment Sophie Jomain et je suis également tombée sous son charme, au point que je la mettrais dans mes références. J'ai un gros coup de coeur pour Les Etoiles de Noss Head.
Pour la littérature étrangère, je citerais James Lovegrove, l'auteur de Days, Alex Garland, Suzanne Collins que je découvre en ce moment avec grand plaisiret et J.K. Rowling. Mais c'est principalement Stephenie Meyer qui m'a donné l'envie de me mettre à écrire.


Vous êtes professeur, comment tes élèves vont accueillir cet ouvrage à ton avis ? Sont-ils au courant ?
Pour le moment, je suis en congé parental, donc je ne vois pas d'élèves. Lorsque je retournerai à l'éducation nationale, je n'ai pas l'intention de les mettre au courant, je préfère séparer mes "deux vies professionnelles". J'ai mis tout mon coeur dans cet ouvrage et j'ai très peur de le dévoiler.

Pour conclure, dévoilez nous un pêché qui pourrait vous caractériser.
Je crois que la question serait plutôt, quel pêché ne me caractérise pas. Pour ceux qui me caractérisent, disons que j'hésite entre la colère, la paresse, la gourmandise et la luxure. L'indécision et l'impatience, c'est un pêché ?
Quoi qu'il en soit, je vous remercie encore pour cette interview. C'est la première que je reçois d'une personne m'ayant déjà lue, alors j'ai pris beaucoup de plaisir à vous répondre.


merci de tout coeur à Amparo pour sa franchise et son accessi
vrai moment de plaisir !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire