jeudi 19 février 2015

L'épouvanteur, tome 11 : Le pacte de Sliter de Joseph Delanay

L'épouvanteur tome 11 Le pacte de Sliter de Joseph Delaney

Paru aux éditions Bayard jeunesse en février 2015
308 pages 
14.90 euros 


Appréciations personnelles d'après Magdalena :

Je remercie les éditions Bayard jeunesse pour leur confiance et l'intérêt qu'ils portent à Un brin de lecture. 




Fan de la saga L’épouvanteur depuis le premier tome, j’avais hâte de retrouver John Gregory, Tom et Alice dans leur lutte contre l’Obscur. L’opus précédent nous laissait sur trop de questions et ne m’avait pas assez rassurée quant à la suite. Alors j’ai quand même eu une pointe de déception en apprenant que le tome 11 nous raconterait l’histoire d’un autre personnage, en marge du Comté. Exit l’épouvanteur, son apprenti, les sorcières, Chipenden, Joseph Delaney nous invite ici à faire la connaissance d’une autre créature, tout droit sortie du magnifique Bestiaire créé par John Gregory.

Sliter est un kobalos. Décrit comme un être à tête de loup, se mouvant sur quatre pattes et doté d’une queue qui lui permet de sonder ce qui l’entoure, il gouverne un territoire appelé Haizda. Chaque habitant lui ait soumis et se doit de lui fournir sa dose de sang – humain de préférence. Cependant, il en est un avec lequel Sliter a accepté de faire un pacte : du sang de bête contre la sécurité de sa famille. Mais le jour où l’homme décède, Sliter n’a pas idée des conséquences que vont avoir l’accord qu’ils ont signé…



Ce tome 11 n’est pas le premier à changer de narration. On se rappelle sûrement tous du tome 9, qui nous avait fait découvrir l’histoire de Grimalkin. Dans Le pacte de Sliter, Joseph Delaney recommence et nous présente une créature assez difficile à apprécier. Les kobalos font partie des créatures les plus répugnantes que j’ai vues depuis le commencement de la saga, avides de sang frais et de chair humaine.

Toutefois, je me suis doucement prise à m’attacher à Sliter. Cet être n’est pas seulement un monstre, c’est avant tout quelqu’un de parole, qui a des valeurs et qui peut finalement se révéler bon. Il m’a sans cesse surprise là où je m’y attendais le moins, tout en me dégoûtant autant que sa présence me rassurait. La mort de Vieux Rowler, l’homme avec qui il a fait un pacte, est une aubaine pour lui : Sliter dispose maintenant de ses trois filles. S’il a pour mission de mettre les deux plus jeunes en sécurité, Nessa, la plus âgée, lui appartient et il pourra la vendre au marché des esclaves.

Les chapitres s’alternent de façon irrégulière entre Sliter et Nessa, qui est le second personnage principal. Alors qu’on suit les agissements du kobalos, elle est celle qui le voit comme nous. Nessa, c’est un peu le spectateur que nous sommes incarné en personnage de papier. La jeune fille nous semble apeurée et couarde lors de notre première rencontre. Mais elle a vite fait de nous montrer son courage et sa force par la suite.

J’ai rapidement oublié ma déception à l’idée de ne pas retrouver nos héros habituels tant Joseph Delaney a encore su m’entraîner dans son univers. On ouvre Le pacte de Sliter sur une magnifique page du Bestiaire de l’épouvanteur dédiée au kobalos pour ensuite pleinement découvrir cette créature, ou tout du moins l’une d’elle. Pour une fois, c’est différent d’être – en quelque sorte – dans la peau du mal. On prend conscience à quel point l’univers de Joseph Delaney est riche et qu’il a à cœur de nous en faire connaître le plus possible. Et l’histoire n’en perd rien.

Toujours aussi addictif et entraînant, Le pacte de Sliter nous emmène en voyage loin du Comté, entre jeux de pouvoir, ruses et combats. Le début du tome est assez dense, rythmé par toutes les informations que nous donne Sliter sur sa condition et son peuple. On plonge ensuite dans le vif du sujet et l’intrigue s’étoffe alors au fil des rencontres que feront Sliter et ses humaines – ou purrai comme elles sont désignées dans le roman. Leur aventure nous emporte, nous surprend, nous régale. À l’image de toute la saga, on finit par ne plus pouvoir lâcher l’histoire.

J’étais curieuse de savoir cependant si l’on croiserait des éléments de la saga, autres que le Bestiaire, qui ferait un lien rapide avec les tomes précédents. La réponse qui est venue m’a beaucoup ravie. Loin de m’y attendre, j’ai pu en avoir toute la surprise. Qui n’est rien face à tout ce que ce croisement occasionne et nous laisse en perspective…

En bref : Le pacte de Sliter est un tome passionnant dans lequel Joseph Delaney nous prouve encore l’étendue de sa magie et de son univers. Dans cet opus riche et addictif, l’auteur dévoile une créature qu’on ne s’attend pas à aimer. Sliter et Nessa auront pourtant vite gagné mon affection, si bien que j’ai retrouvé ce pincement que j’ai toujours à la fin d’un tome de L’épouvanteur. Point de déception cette fois, mais plutôt de déjà devoir les quitter. 
 NOTE :  8/10

Suivez l'actualité des éditions Bayard sur la page Facebook qui leur est ocnsacrée ICI
D'autres avis sur Livraddict ou Booknode en cliquant : 

Logo Livraddicthttp://booknode.com/l__pouvanteur,_tome_11___le_pacte_de_sliter_0614922
 





4 commentaires:

  1. J'aime beaucoup cette série ! J'ai lu les premiers livres, mais faut de trouver les autres j'ai dû stopper. je vais reprendre mes recherches !

    RépondreSupprimer
  2. Content de voir que tu as aimé ! :) Moi aussi j'ai adoré ce tome 11 ! N'aie crainte, nous n'en avons pas fini avec Sliter... ;)

    RépondreSupprimer
  3. Je vais bientôt le sortir de ma pal j'ai hâte :)

    RépondreSupprimer
  4. Un peu déçue également de découvrir que Tom n'était pas le narrateur mais... ce tome est tout de même génial =D

    RépondreSupprimer